Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Vincent Callebaut, l’architecte qui invente les bio-villes du futur

    L’architecte qui invente les bio-villes du futur.

    Les villes de demain font rêver. Elles donnent envie d’habiter le loft d’une tour maraîchère, de prendre un verre à la terrasse d’un gratte-ciel en bois ou de déambuler dans l’un de ses bâtiments végétalisés. La faute à Vincent Callebaut, qui s’est donné pour mission de réenchanter l’architecture. Rien que ça.

    Voir la vie en vert. Né à La Louvière, province minière du sud de la Belgique, il grandit avec pour seul horizon les gris terrils et les cheminées d’usines. Passant des heures dans les jardins et vergers, le jeune Vincent se destine un temps au métier d’horticulteur, avant de bifurquer vers l’architecture. Fraîchement diplômé, il quitte Bruxelles pour une petite chambre de bonne de 9m2 à Paris, avec vue sur la Tour Eiffel. Architecte free-lance durant 10 ans, il fonde son agence en 2008.

    Ses projets de bâtiments gigantesques aux lignes courbes sont moqués par la profession. Mais tout change en 2010 : le projet Dragonfly, une ferme verticale en forme d’aile de libellule, est présenté durant l’Exposition Universelle de Shanghai.

    Repenser la ville. Depuis, l’architecte belge incarne la facette désirable et optimiste de la ville du futur. Selon lui, les nouvelles contraintes liées aux dérèglements climatiques et à l’explosion démographique sont autant d’opportunités pour repenser le modèle urbain. Ainsi, sa ville flottante Lilypad (« nénuphar » en anglais) accueillera les réfugiés climatiques chassés de leur pays.

    Callebaut Ville flotante

    Vincent Callebaut appelle à une révolution architecturale et milite pour ce qu’il nomme l’ « ArchiBioTique » : une architecture puisant dans les biotechnologies et les technologies de l’information et de la communication. Le meilleur exemple se trouve dans ses Agora Garden, tours de 25 étages en forme de molécule d’ADN, construites à Taïwan en 2016 et recouvertes d’1,5 km2 de panneaux solaires.

    Paris 2050 sera vert. Les principes de l’architecture selon Callebaut visent à réintroduire la biodiversité dans les villes. L’immeuble doit être un lieu de production de ressources alimentaires et énergiques, afin de favoriser les circuits courts. Exactement ce que l’architecte wallon met en application dans son ouvrage Paris Smart City 2050, anticipation utopique qui présente un Paris éco-renouvelable, envahi par des tours verdoyantes aux jardins suspendus, évidemment auto-alimentées par des éoliennes.

    Le site du cabinet Vincent Callebaut : vincent.callebaut.org

    Vous aimerez aussi

    Détours loves makers

    "Autopromo" avec Monsieur Poulpe

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.