Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    « Mon associé est un robot »

    Samantha, une intelligence artificielle, joue les chefs de projet

    UN TOUR VERS LE FUTUR – Kamel Magour, CEO de Geeksters, a créé l’associé dont il avait besoin pour mieux gérer son entreprise : Samantha. Une intelligence artificielle devenue rapidement l’indispensable chef de projet

    Cela ressemble à un film. Un film qu’on a déjà vu. Her. L’histoire d’amour entre un cadre et une intelligence artificielle prénommée Samantha. Sauf que ce n’est plus un film mais bien la réalité quotidienne à l’agence d’innovation Geeksters. Six ingénieurs ont bûché pendant 2 ans pour créer leur nouvelle chef de projet : Samantha. Kamel Magour, le CEO de l’entreprise, revient sur cette aventure et les questions qu’elle pose.

    Détours : Comment est venue l’idée de créer Samantha ?

    Kamel Magour : On avait d’excellents développeurs au Maroc d’un côté et des clients dans le monde entier de l’autre. Mais on était tous plus tournés vers la technique plus que vers le commercial à Geeksters. Alors pour mieux gérer les demandes des clients on a crée une intelligence artificielle. Et on s’est rapidement rendu compte qu’elle était beaucoup plus constante que les humains, qu’elle pouvait abattre un travail régulier, efficace…le tout sans prendre de vacances. Elle est devenue chef de projet.

    Que fait cette intelligence artificielle concrètement ?

    Samantha donne à chacun l’information dont il a besoin pour prendre une décision ou pour effectuer une action sur un projet. Elle envoie les consignes ou les données, au bon moment et à la bonne personne pour qu’elle prenne la décision adéquate. Elle détecte aussi les soucis, notamment quand un projet sort des clous. Elle intervient pour remettre le cadre.

    Comment se matérialise Samantha ?

    C’est une plateforme. Les clients y ont accès, en permanence, ce qui simplifie à l’extrême le fait de travailler avec nous. On supprime le plus gros risques pour qu’un projet ne se fasse pas : la mauvaise communication.

    Est-ce qu’elle parle ?

    Pas encore mais nous visons à lui faire dire ses premiers mots avant décembre.

    Quelle ont été les réactions des salariés de Geeksters ?

    Les ingénieurs qui ont développé Samantha et toute la team ont été enthousiastes dès le départ. C’est un projet passionnant à concevoir et réaliser. Nous avons l’impression d’être pionniers dans un domaine important et c’est grisant. C’est vrai qu’un tel projet aurait pu susciter une levée de bouclier. Certains auraient pu s’inquiéter du fait que Samantha puisse servir à les surveiller. Mais il y a une atmosphère de confiance dans notre équipe donc ils n’ont pas d’inquiétude sur les motivations et les finalités de l’utilisation de Samantha. Tout le monde voit la structure, la transparence et la simplicité que Samantha apporte.

    Pourquoi ce nom, Samantha ?

    C’est le nom de l’intelligence artificielle dans le film Her. C’est un film qui nous a beaucoup inspiré. In fine, l’objectif est que Samantha gère tout le projet pour un client.

    On le voit dans ce film, le développement de l’intelligence artificielle pose beaucoup de questions, notamment sur le remplacement de salariés par ces nouvelles technologies.

    Nous voyons les choses autrement. Nous donnons la possibilités aux gens de se réaliser, d’innover. Samantha les exempte des tâches les plus rébarbatives : Rappeler telle chose à telle personne, s’assurer que telle tâche est faite. Avec ce type d’intelligence artificielle, chacun peut se concentrer sur les tâches à forte valeur ajoutée intellectuelle. Samantha c’est un vecteur d’empowerment, de bien être pour tous les employés. Tout le monde peut se concentrer sur le fait d’être créatif.

    Cela remet tout de même en cause l’organisation du travail telle qu’on la conçoit aujourd’hui …

    Les risques sont réels et multiples. On s’attend à ce que dans les 5 prochaines années, 40% des postes de middle management soient supprimés. C’est un changement comparable à la révolution industrielle, quand on est passé d’un système de guilde à un système libéral. C’est d’ailleurs pour cela que le revenu universel va aussi devenir une question importante. On vit dans des sociétés ou la valeur de l’humain, malheureusement, est indexée sur sa capacité à produire ou sa capacité à consommer. L’intelligence artificielle va rendre obsolète les personnes occupant les postes les plus communs. Aux Etats-Unis, le poste le plus répandu dans 47 Etats sur 52, c’est chauffeur routier. Or il existe déjà des intelligences artificielles capables de conduire des camions. Il faut se préparer. Le risque sociétal est majeur. Est-ce que nos systèmes politiques vont réussir à organiser la transition de notre système économique ? Il faudra gérer le fait que des milliers de personnes ne trouveront pas de travail.

    Ce bouleversement est-il déjà enclenché ?

    Le changement est en marche dans les grands groupes et chez des acteurs disrupteurs comme nous. On fait face une évolution de l’organisation mondiale du travail. Mais la solution est collective. L’histoire de l’innovation, c’est qu’on a pu automatiser, faire faire par des machines, du travail qui était fait par les humains.

    Est-ce que vous allez continuer à explorer l’intelligence artificielle avec Geeksters ?

    Oui, un tiers de notre équipe va être spécialisée dans l’intelligence artificielle. Samantha nous a permis de développer nos compétences dans ce domaine. C’est l’avenir du secteur. Chez Geeksters, on a effectué la transition digitale avant les autres. Après les app, nous vivons le big bang de l’intelligence artificielle.

    Pour en savoir plus, fonce sur notre site Un Tour vers le Futur

    Vous aimerez aussi

    Détours loves makers

    "Autopromo" avec Monsieur Poulpe

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.