Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Vous souffrez d’hyperactivité ? Faites-vous prescrire des jeux vidéo

    Plutôt que de gaver nos bambins de médocs, les docteurs pourraient bientôt leur prescrire de jouer à certains jeux vidéo créés spécifiquement pour réduire les troubles de l’attention.

    Dans Project: EVO, un jeu vidéo encore en développement, le joueur dirige un petit radeau pour éviter des rapides et interagir avec des personnages volants et amicaux. L’idée ici n’est pas d’être à tout prix le meilleur ou de vaincre des adversaires ; l’objectif est de prouver à l’algorithme du jeu que votre coordination pour gérer plusieurs tâches progresse d’une partie à l’autre. Ne faisons pas de mystère plus longtemps, Project: EVO n’est pas un simple jeu vidéo mais un outil thérapeutique pour aider des enfants et des adolescents à traiter leurs troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité.

    La pharmacie, quelle play. Alors que les jeux vidéo ont longtemps été – à tort – l’objet des pires fantasmes et accusés de tous les maux, les études se multiplient et prouvent l’inverse. Pour Akili Interactive, studio américain derrière ce projet, l’objectif est énorme : il s’agit de créer des jeux cognitifs qui soignent, en ciblant des pathologies et des symptômes très précis. Surtout, ces jeux ne sont pas pensés comme de simples compléments thérapeutiques. Ils sont développés pour remplacer des traitements contraignants comme la Ritaline ici en France, ou l’Adderrall aux États-Unis.

    Mémoire (re)vive. De manière à crédibiliser sa démarche et s’accorder un maximum de réussite, Akili Interactive développe ses jeux en partenariat avec Neuroscape, un laboratoire de l’Université de Californie. Ceux-ci ont déjà prouvé la viabilité de leur projet avec le jeu Neuroracer où le joueur est censé réaliser tout un tas de tâches en même temps qu’il pilote une voiture. Les personnes âgées entre 60 et 85 ans à qui il s’adressaient développaient une mémorisation et une attention en croissance permanente au fur et à mesure de leur pratique. Leurs progrès étaient tels que, lorsqu’on leur mettait des débutants d’une vingtaine d’années en face, nos petits vieux leur mettaient la pâtée !

    Et c’est aussi cela qu’il faut retenir ici. Neuroscape, Akili Interactive et les autres acteurs sur le marché n’ont pas l’intention de créer des jeux uniquement pour la très jeune génération. Ces studios travaillent aussi sur des programmes du même acabit qui s’adresseront à des adultes victimes d’AVC, malades d’Alzheimer ou autistes.

    Cyber-médicament. Désormais entré dans la dernière phase de test avec Project: EVO, Akili Interactive entend convaincre les autorités médicales de rembourser l’abonnement mensuel à sa plateforme, exactement de la même façon que pour un médicament. Et pas de risque d’addiction ici, contrairement à certaines pilules, le jeu est limité à une demi-heure de pratique quotidienne, une durée largement suffisante pour se soigner. Bref, désormais, c’est aux autorités de jouer !

    Vous aimerez aussi

    Détours loves makers

    Autopromo avec Monsieur Poulpe

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.