Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Anthony Levandowski : de la Google Car à l’invention d’une nouvelle religion.

    Après avoir inventé la Google Car, ce trentenaire de génie invente une nouvelle religion.

    Programmer un dieu. L’organisation « The way of the Future », enregistrée en Californie, annonce vouloir vénérer mais aussi développer (!) une divinité à partir d’une intelligence artificielle. Créer un dieu en le codant ? Oui, afin de s’assurer qu’il soit dévoué à améliorer notre société. À écouter son fondateur, il semble que notre salut et notre bonheur pourraient découler de l’observation et de la compréhension de ce cyber-dieu. Un délire mystique digne des flips de Musk et Matrix ? Pas sûr. Lorsqu’il fonde cette église en 2015, Anthony Levandowski devient assurément le prophète le plus riche de l’histoire. Retour sur le chemin de croix du premier prêtre de cette église

    Baptême du fer. Les détracteurs d’un futur automatisé voudraient voir en lui un froid calculateur carriériste comme la Silicon Valley en héberge tant. Mais Anthony Levandowski a grandi à Bruxelles avant de gagner son ticket pour l’université de Berkeley. Là-bas, l’ingénieur en herbe se fait remarquer en inventant un robot en LEGO capable de trier les billets de Monopoly. Il y a de fortes chances pour qu’un jour, ce soit cette image d’Anthony qui reste en tête : un joueur qui allie robotique et argent facile.

    Un ancien collègue raconte qu’il craignait que des machines intelligentes finissent par prendre le contrôle de notre terre.

    Avant de prendre la route de Google, Levandowski fait ses armes en concourant pour le Darpa Grand Challenge, course organisée par le Pentagone pour inventeurs de véhicule autonome. Avec d’autres étudiants, il conçoit la première moto autonome inspirée d’un comics Marvel : Ghost Rider. Il invente aussi une technologie de capteurs d’obstacles pour cartographie mobile qui feront les beaux jours de 510 systems, sa première startup, et lui permettront de se lier d’amitié avec Sebastian Thrun. C’est lui qui le fait entrer sur le projet de GPS de Google en 2007 : « Street view ». En 2011, le géant du web rachète sa startup et propulse Anthony à un poste en or sur le projet de la « Google Car », division qui deviendra Waymo. C’est l’avènement du pape de la voiture sans chauffeur.

    La messe est dite. Décrié en interne pour son comportement borderline (il clame que la sécurité n’est pas la priorité de ses projets, hum), le trentenaire ne fait pas l’unanimité. Pourtant, lorsqu’il lance sa société de camions autonomes, Otto, nul ne s’attend à ce que celle-ci soit rachetée par Uber quelques mois plus tard. Alphabet (maison mère de Google) y voit même une stratégie pour acquérir Levandowski et doubler Waymo par la droite… Une route qui conduit au procès. Qu’Uber va perdre et qui va condamner le génie automobile à rendre 14 000 fichiers volés à son ex employeur.

    Mais Anthony ne répond plus, il est à son église. Un ancien collègue raconte qu’il craignait que des machines intelligentes finissent par prendre le contrôle de notre Terre. D’autres assurent qu’il n’attendait que ça. Bon, il a tant fait pour l’intelligence artificielle qu’on peut comprendre qu’il les estime supérieures à nous. Il est difficile d’évaluer autrement qu’en conjectures si un ordinateur serait capable de mieux s’occuper de notre bonheur que nous-même ; philosophes et auteurs de SF ont chacun leur avis.

    La seule certitude, c’est qu’avec cette église, Levandowski se met à l’abri. Les associations religieuses sont mieux protégées que les entreprises en Californie et leur patrimoine plus difficile à saisir. Autant dire que si certains attendent sa crucifixion, lui prépare déjà sa résurrection. Et elle se fera sans chauffeur.

    Vous aimerez aussi

    Autopromo avec Monsieur Poulpe

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.