Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    De la neige artificielle pour sauver un glacier suisse

    Pour sauver un glacier suisse menacé par le réchauffement climatique, une équipe de chercheurs envisage une méthode unique au monde : utiliser 4 000 canons à neige afin de façonner une couche de protection entre le soleil et la glace.

    Piste noire. Leurs montagnes sont une des plus grandes fiertés des Suisses et, il faut bien le dire aussi, une énorme manne touristique et économique. Or, depuis des années, les sommets et glaciers helvétiques paient un très lourd tribut au réchauffement climatique. C’est simple, décembre 2016 a été le mois le plus sec depuis 1864. Au rang des victimes tristement emblématiques, il y a le glacier Morteratsch. Chaque année, le plus grand glacier de la chaîne Bernina (qui culmine à 4 048 mètres) recule de plus 30 mètres. En 140 ans, il a cédé près de 2 kilomètres !

    La meilleure protection, c’est le canon ! Désireux de tout faire pour contrecarrer le phénomène, Hans Œrlemans, spécialiste des glaciers à l’Université d’Utrecht, s’est mis en tête de le sauver avec une idée folle : utiliser 4 000 canons à neige pour balancer de la poudreuse artificielle sur le Morteratsch pendant la période estivale. Son objectif est de protéger la glace en empêchant les rayons du soleil de la faire fondre, le temps qu’elle puisse se reconsolider. L’exploit serait alors unique au monde.

    D’après les calculs de Œrlemans, en faisant fonctionner ces 4 000 enneigeurs chaque été, le glacier pourrait regagner 800 mètres de calotte en une vingtaine d’année.

    Test dès cet été. Contrairement à beaucoup d’initiatives bienveillantes qui ne voient jamais le jour, Hans Œrlemans et ses collègues ont bien l’intention de tester la validité de leurs calculs dès le mois de juin. Le Diavolezzafirn, un petit glacier du sud-est de la Suisse, a ainsi été désigné comme cobaye. Mais surtout, là où l’histoire prend un tour extraordinaire, c’est qu’Œrlemans va pouvoir mesurer son intuition grâce aux locaux vivant aux abords du Diavolezzafirn. En effet, ce sont eux qui ont levé les 90 000 euros qui financeront ce projet pilote.

    Quand on vous disait que les Suisses considèrent leurs montagnes comme des trésors nationaux, ce n’était pas juste un moyen de commencer cet article avec un bon mot. Alors, vive l’or blanc !

    Vous aimerez aussi

    Détours loves makers

    Autopromo avec Monsieur Poulpe

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.