Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    À Colmar, 35 agriculteurs rachètent un Lidl pour y vendre leurs productions locales

    Un collectif de paysans a racheté un magasin Lidl pour y vendre leur production et ne plus dépendre de la grande distribution. Renommé « Cœur Paysan », il devient une place de marché direct entre consommateurs et agriculteurs avec ce magasin 100% produits locaux.

    Retour du circuit court. Caisses, caddies et même cartes de fidélité… À priori ici, tout fonctionne comme un supermarché classique à la différence près que vous êtes servis par les agriculteurs eux-mêmes, ceux qui ont vu pousser vos tomates jour après jour. Ici, vous ne trouverez que des produits cultivés dans un périmètre de moins de 40 km. Évidemment, 40% des fruits, légumes, fromages, viandes et pains vendus sont bio. Le magasin est ouvert du mardi au samedi ; le dimanche et le lundi étant dédiés aux récoltes et à l’abattage du bétail.

    Supermarché solidaire et autogéré. Bienvenue au Cœur Paysan, situé à Colmar, en Alsace. Ouvert en décembre 2016, cet ancien supermarché Lidl fermé depuis 2014 a été racheté par un collectif de paysans pour 1,5 million d’euros. Pour Denis Digel, maraîcher et porteur du projet, Cœur Paysan est apparu comme une évidence : « Il répondait à une demande forte du consommateur mais aussi des agriculteurs eux-mêmes. Je disposais d’un noyau dur d’hommes et de femmes paysans. Nous nous sommes donc unis et aujourd’hui notre SAS compte 35 actionnaires. »

    Au bout de 18 mois, l’heure est au premier bilan, et il mérite qu’on fasse sauter un bouchon : « Nous sommes très heureux puisque nous avons quasiment atteint notre objectif fixé de 2,5 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel. »

    Partager les coûts. Derrière les étales, les paysans jouent les vendeurs et accueillent les 1800 clients quotidiens. Totalement gestionnaires de leur marchandise, ce sont eux qui fixent leurs prix. Seule obligation: reverser entre 22 et 32% de leurs recettes à la SAS afin de rembourser le prêt bancaire commun et payer le loyer.

    1800 clients par jour et 2,5 millions de chiffre d’affaires

    Diversité au menu. Pour les consommateurs par contre, les prix des produits sont équivalents à ceux des grandes surfaces. La différence réside dans leur proximité et leur diversité. « Je cultive cent espèces différentes de tomates en pleine terre. Si je vendais à la grande distribution, elle ne m’achèterait que deux d’entre elles considérées comme « standards » alors qu’ici, j’en vends une quinzaine », développe Denis Digel.

    Face à ce succès, Cœur Paysan devrait avoir de belles années devant lui. Preuve en est : la SAS a été sollicitée cette année par d’autres collectifs paysans et des promoteurs immobiliers souhaitant développer le concept en France, en Belgique et en Suisse. L’union fait la force.

    Vous aimerez aussi

    Détours loves makers

    Autopromo avec Monsieur Poulpe

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.