Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Yanis et Jim

    Ils veulent donner le pouvoir aux moins de 35 ans.

    Yanis et Jim sont étudiants à la Toulouse Business School et à 23 ans, ils viennent de créer Youth ID, un think tank pour la promotion de la jeunesse aux postes de décision à travers le monde. Pour nous expliquer ce projet, nous avons rencontré Yanis, cofondateur de cette cure de jouvence.

    Quelle est la genèse de Youth ID ?

    On est partis du constat que seulement 1,65 % des parlementaires dans le monde ont moins de 30 ans, alors que cette tranche représente 51% de la population mondiale. Il y a un vrai problème de sous-représentation. On s’est aussi rendu compte que les décideurs n’avaient pas les mêmes visions que nous. Peut-être que la clé serait d’avoir plus de jeunes à des postes importants. N’y aurait-il pas plus de stabilité ou de meilleures chances d’avoir une vision à long terme si la personne en charge ne partira pas à la retraite dans les dix à vingt prochaines années ?

    Vous allez donc voyager pendant sept mois à partir de lundi 27 février pour interroger des jeunes décideurs et leur demander de bons conseils ?

    Oui, pendant sept mois, dans quinze pays différents, en y restant jusqu’à vingt jours sur place. On veut qu’ils partagent leurs recommandations. À chaque fois, il y aura des informations sur la jeunesse du pays, des chiffres, des statistiques. Nous n’avons pas fixé de secteurs mais seulement quelques critères : il faut que la personne ait moins de 35 ans et occupe un poste à responsabilité, en termes de personnes à sa charge, de budget, d’influence sur la structure…

    « L’idée est de créer un mouvement. »

    Quelle sera votre première étape ?

    Le Maroc, avec notamment Adnane Addioui, cofondateur du MCISE (Morrocan Center for Innovation and Social Entrepreneurship). On souhaite faire des portraits inspirants et avoir des profils très différents pour aussi aborder les questions d’égalité homme-femme ou celles liées aux handicaps. Sans rentrer dans une thématique politique, on veut ouvrir le débat.

    Tout sera diffusé sur votre site et les réseaux. Quelle sera la suite après votre retour ?

    L’idée est de créer un mouvement. Pourquoi pas de mettre en place des kits pour que d’autres s’emparent du projet, aillent eux aussi interroger la jeunesse. Nous avons déjà des contacts avec l’Angola, l’Australie et le Canada, des pays qui ne sont pas prévus dans notre première tournée. La deuxième partie sera consacrée à l’analyse des informations récoltées, de produire un travail qui puisse servir d’expertise.

    Il faudra tout de même finir votre master !

    Il nous restera à peu près quatre mois d’étude, puis six mois de stage, qu’on pourra consacrer à Youth ID. On n’écarte pas l’idée de poursuivre après les études si tout fonctionne. Nos partenaires nous font confiance malgré notre âge. C’est d’ailleurs ce qu’on veut démontrer. On a travaillé dans le monde associatif et c’est ce réseau, qui nous connaît, qui a été prêt à nous suivre pour ce projet ambitieux.

    youthid.net

    Vous aimerez aussi

    Autopromo avec Monsieur Poulpe

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.